Jeudi 19 mars 2015.

Guayaquil – Baltra / 1’170 km.

C’est le jour J.

Je suis à 9 heures à l’aéroport et remplis mon plan de vol pour l’île de Baltra. Je suis optimiste. Mon handling agent arrive quelques minutes plus tard. Je lui pose immédiatement la question. Il lève le pouce de la main droite.

YESSSSSSSSSSSSSS !!!!!!!!!!!!!!

J’ai un peu de la peine à réaliser. Je vais être le premier monomoteur à me rendre aux Galápagos. J’ai une grande pensée pour Julio qui se bat sans succès depuis 3 ans pour obtenir cette autorisation. Je me sens triste pour lui.

Je dois passer par le contrôle sanitaire. La responsable me fait tout sortir et vérifie chaque chose. Il est interdit d’importer dans les îles des graines, du fromage, ainsi que toute une liste de divers produits. Je fais les pleins à ras bord et remplis encore 2 réservoirs souples que j’installe sur le siège passager. On m’avertit que le coût de 6 jours de parking à Baltra va s’élever à 1’500 US$ car il s’agit d’un aérodrome privé. Je suis dégouté et hésite à partir avec un vol de ligne. On me suggère d’aller très vite à San Cristobal où je paierai un peu moins cher. On me désinfecte les roues de l’avion à l’aide d’un spray, je contacte la tour puis roule vers le point d’arrêt de la 21. Décollage. Je sens que je suis chargé.

IMG_0271

J’admire le quartier de Las Peñas où je suis allé me balader hier.

IMG_0270

Je monte péniblement au niveau 125 en traversant une petite couche qui s’arrête à 3.500 pieds. Au-dessus il fait beau.

IMG_0274

J’ai du vent de face qui se transforme en vent arrière vers le milieu du vol puis revient de face 2 heures avant l’arrivée. Le ciel se couvre un moment puis se dégage à nouveau. Vol sans histoire. J’ai perdu tout contact radio après 1 heure de vol. Le bébé ronronne. Je fais une longue sieste et me réveille complètement désorienté.
40 km/h de vent de face lors de la descente. En image à la une l’île de Baltra et le bras de mer qui la sépare de l’île de Santa Cruz. J’arrive en vent arrière main gauche. Dernier virage.

IMG_0296

La 14 en service avec un vent plein travers.

IMG_0298

5 heures de vol.

Je vérifie le dessous de ma machine. Pas une trace d’huile. Merci Jesus !

Flavio est là pour m’accueillir. Je demande à voir le responsable pour tenter de négocier un prix. Il s’agit d’une responsable et elle est basée à Guayaquil. Je demande à Flavio de lui envoyer un mail.

Demain journée plongée.