Vendredi 13 mars 2015.

Je n’avais pas l’intention de faire un article aujourd’hui pensant pas avoir beaucoup de choses à vous raconter mais bon, j’ai craqué !  Du coup, je n’ai pris qu’une seule photo depuis le taxi en me rendant à l’aérodrome. Désolé, ce n’est pas terrible, promis je ferai mieux demain.

J’ai une pensée émue pour mon pays d’accueil le Vanuatu (j’y suis officiellement résident depuis le 1er février) qui a subi un cyclone de type 5, le maximum sur l’échelle avec des vents de 330 km/h. Il y aurait plus de 40 morts.

J’achète 75 litres d’essence puis me rends à Cruz de Hueso pour voir le mécanicien qui s’occupe de ma machine. 38 km – plus d’une heure de voiture. La circulation est cauchemardesque.

Il se nomme Jesus (on prononce Resus). Partant de là vous conviendrez avec moi que je n’ai aucun souci à me faire. Il a trouvé 3 petites fuites. Elles ont été réparées en changeant des joints et en resserrant. Le filtre à air était dans un état catastrophique, il a été nettoyé puis lavé. Les bougies changées. Je n’ose y croire, ce serait trop beau que mon bébé ne perde plus d’huile !

Je dépose mon plan de vol par email. J’avais envisagé d’aller à Huaraz mais il ne va pas y faire très beau ce week-end. Je vais essayer de survoler l’endroit qui est paraît-il magnifique. C’est plus ou moins sur ma route. C’était la prochaine étape de mon autorisation. J’appelle le bureau des plans de vol pour être certain que tout est ok. On me dit que je ne peux pas aller directement à Trujillo, que je dois me rendre à Huaraz. J’explique que la Señora Montalván a nommé les différents endroits où je pouvais me rendre mais que ce n’est pas une obligation. Comme d’habitude personne ne veut se mouiller et on doit appeler Dieu. On me prie de rappeler dans 30 minutes. Et Dieu confirme qu’il n’y a pas de problème !

José Luis, un des membres de l’aéroclub ici m’a mis en contact avec une de ces connaissances à Quito. Julio Cesar possède un Virus et rêve d’aller aux Galapagos. Cela fait 3 ans qu’il essaie d’obtenir une autorisation. Je l’appelle par Skype et lui fais part de l’avancement de ma demande. Il appelle un de ces contacts qui l’informe que la personne qui s’occupe de mon dossier est nouvelle et n’est vraisemblablement pas au courant des règlementations. Pourtant voici ce que j’ai reçu de sa part :

Verificando los documentos y datos necesito copia de licencia de piloto, se va autorizar ruta SPHI-SEGU-SEST-SEGS-SELT y/o SEQM-SKBO.

NOTA: para Ingresar a Islas Galápagos solo puede por Guayaquil y/o Quito por control bioseguridad por lo tanto no se autoriza Cuenca ni Riobamba este último es un aeropuerto no controlado y militar.

Saludos cordiales;

Ing. Armando León López

Operaciones DGAC

DIRECCIÓN GENERAL DE AVIACIÓN CIVIL

Buenos Aires Oe1-53 y Av. 10 de Agosto

Tel. 02 – 2 947400  / 02 – 2 947420

Dir. 02 – 2 231006

Ext. 4061

www.aviacioncivil.gob.ec

armando.leon@aviacioncivil.gob.ec

Quito – Ecuador.

SEST et SEGS sont 2 îles des Galapagos. On me précise juste que la sortie du continent doit se faire soit par Guayaquil soit par Quito. Julio Cesar est persuadé que je n’aurai pas l’autorisation car c’est au niveau gouvernemental que cela se décide. Il va se rendre lundi matin au ministère à Quito pour plaider ma cause et la sienne en même temps car il souhaite m’y accompagner. J’ai envoyé 2 mails pour demander des nouvelles précisant que je souhaite décoller lundi matin à l’aube pour l’Equateur malheureusement sans réponse. Je vais encore appeler samedi. Si nous ne pouvons pas nous y rendre avec nos machines nous prendrons un vol de ligne.

Je pars demain à l’aube pour Trujillo.