Samedi 7 mars 2015.

Arequipa est la deuxième ville du pays pour ce qui est de la population (plus de 800’000 habitants). Elle est surnommée « La cité blanche » pour ses maisons de pierres volcaniques d’un blanc qui a dû être étincelant sous des cieux presque toute l’année ensoleillés.

Je prends un taxi et pars à la découverte de cette ville située à 2335 mètres d’altitude. Le coût revient à 10 CHF/l’heure.

Je commence par l’église de San Juan Bautista de Yanahuara qui a été érigée au milieu du 18e siècle.

DSC02771

Ses murs mesurent près de 2 mètres d’épaisseur. On considère généralement sa façade comme étant l’un des meilleurs exemples d’art « Mestizo » au Pérou (l’art métis).

DSC02769

Le convento La Recoleta est un couvent franciscain qui a été fondé en 1648. C’est un chef d’oeuvre de l’architecture coloniale typique de la ville d’Arequipa.

DSC02775

DSC02776

L’église et le couvent de San Francisco ont été fondés en 1552 par l’Ordre Franciscain. Après le tremblement de terre de 1687, l’église fut ensuite agrandie.

DSC02784

L’intérieur de l’église abrite un autel de style baroque recouvert d’argent, une chaire taillée en bois, un choeur en pierre et de nombreuses figurines en bois.

DSC02779

DSC02780

L’église et le couvent de San Francisco sont classés au patrimoine mondial de l’UNESCO.

La Casa del Moral est une ancienne maison coloniale construite au 18e siècle.

DSC02788

Elle doit son nom à un mûrier centenaire qui se trouve toujours dans sa cour.

DSC02789

Le fronton solaire montre des dessins de la culture nazca.

DSC02787

L’intérieur y est richement meublé.

DSC02790

L’église Saint Augustin a été construite en 1575 à partir d’une pierre blanche connue sous le nom d’Ashlar. Elle est également considérée comme l’un des meilleurs exemples du style « Mestizo Baroque » de son époque, même si cette dernière fut presque intégralement détruite lors du tremblement de terre de 1868 (seule la sacristie resta debout). Cette église a néanmoins subi par la suite une série de restaurations qui ont scrupuleusement respecté la conception originale du monument et qui nous offrent dès lors une image fidèle de l’édifice précédent.

DSC02792

À l’intérieur du monument, les éléments les plus spectaculaires sont le dôme et les autels néoclassiques, en particulier l’autel principal notable pour ses gravures recouvertes de feuilles d’or.

DSC02793

Avec ses fontaines et ses palmiers la Plaza de Armas est fermée sur trois côtés par une double rangée d’arcades de style colonial et sur le quatrième par la façade de la cathédrale.

DSC02795

DSC02857

DSC02798

DSC02811

Dans l’angle opposé à la cathédrale, l’église de la Compañia fut élevée par les Jésuites entre 1573 et 1650.

DSC02802

Elle présente une splendide façade baroque sculptée où les anges chrétiens (certains coiffés de plumes) dialoguent avec les figures de la mythologie inca (puma, serpent).

DSC02804
La solidité de son assise et du matériau employé lui a permis de résister à maints tremblements de terre.

DSC02805

DSC02806

L’église Santo Domingo fut érigée au 16e siècle par les dominicains et constitue à ce titre l’une des plus vieilles églises à avoir été fondée par cet ordre dans la ville d’Arequipa. Cette dernière fut ensuite sérieusement endommagée par des tremblements de terre en 1582 et en 1604 et presque intégralement détruite entre 1958 et 1960 (seul le portail latéral et le clocher restèrent alors debout). Cette église a depuis été complètement reconstruite à l’identique et a ainsi retrouvé sa beauté originale.

DSC02817

DSC02813

DSC02814

Je ne sais pas si lorsque vous vous rendez à l’église, au temple ou à la synagogue, le prêtre, le pasteur ou le rabin montre de l’enthousiasme dans ses propos. Dans tous les cas j’ai eu le privilège d’assister aujourd’hui à un prêche en plein air assez impressionnant. A vous de juger !