Mercredi 25 février 2015.

Sucre – Santa Cruz / 260 km.

Merci pour vos nombreux messages et conseils. Je vous rassure, je n’ai pas l’intention de tenter de battre le record de Bill, ni de passer mon IFR quand bien même l’avion devrait être équipé IFR. Je ne pense plus passer de nombreux mois dans mon pays à l’avenir. Je ne sais pas encore où je le laisserai les 3 – 4 mois durant lesquels je séjournerai en Suisse. Il restera d’ailleurs peut-être stationné à l’étranger ?! Il y a des chances que je garde mon bébé afin de m’amuser l’été dans notre belle région. Mais nous n’en sommes pas encore là. Dans un premier temps mon ami Joaquin va m’organiser un vol test en Californie. J’ai piloté sa machine mais le Lancair 4 est parait-il une machine plus difficile à manoeuvrer. J’ai sympathisé avec un instructeur. Il se pourrait que je passe mon PPL ici avec certaines facilités… En outre je pourrais tout à fait l’immatriculer en Bolivie. Comme on dit ici : vamos a ver !

Sans mon problème de régulateur, j’aurais quitté le pays le 18 février. Mon autorisation de vol est actuellement caduque, je ne peux pas voler. J’ai rempli et envoyé une demande de sortie du pays à la DGAC hier soir mais on doit également me faire une autorisation de vol pour l’intérieur. J’arrive à l’aéroport à 11 h 30 et me rends dans leurs bureaux. Le responsable, un charmant vieux Monsieur, appelle La Paz pour savoir ce qu’il en est. Ils ont bien reçu ma demande mais souhaitent encore un mot écrit et signé expliquant exactement où je souhaite aller. Tout est pourtant déjà noté dans ma demande officielle. Je m’exécute et la lettre est envoyée par mail au général ainsi qu’au chef des opérations. Il est midi. Je passe 5 heures dans le bureau avec les 2 collaborateurs à attendre le feu vert. A 17 h 10 le mail arrive enfin. Je m’étais déjà résolu à retourner à mon hôtel pour y passer la nuit.

J’ai payé en milieu d’après-midi 200 CHF de parking, déposé mon plan de vol, je charge mes affaires, mets en route, appelle la tour puis roule vers le point d’arrêt de la 05. Décollage, je surveille sans cesse tous les paramètres mais tout est parfait. Je monte à 10’500 pieds.

DSC01193

Le contrôle m’appelle pour me demander mon heure d’arrivée. 19 heures. Ils m’informent qu’El Trompillo ferme à 18 h 40. J’aimerais pousser mon moteur, j’ai en plus le vent de face, je n’y parviendrai pas. J’appelle El Trompillo, j’explique la situation, rien à faire.

DSC01198

Je dois me résoudre à aller à Viru Viru le grand aéroport de la ville. Je m’y pose à 19 h 10. Demain matin je devrai retourner à El Trompillo pour faire de l’essence car c’est le seul endroit où il y a de l’Avgas, revenir ici pour faire la sortie du pays avant de m’envoler pour Arequipa au Pérou.

Tania et Joaquin passent me prendre à l’hôtel à 20 h 30 et m’emmènent dîner dans un restaurant suisse où je mange une fondue très moyenne.

Je n’ai pas une seconde à moi et beaucoup de retard dans mes mails et mon blog. Désolé, désolé !

Demain jeudi lever à l’aube et vol sur Arequipa.