Mardi 10 février 2015.

Sucre – La Paz / 413 km.

Arrivée à l’aérodrome à 8 h 45.

Mon vol est à 10 h 15. Je récupère ma carte d’embarquement et m’installe pour répondre à quelques mails. A 9 h 45 on nous annonce que l’avion a eu un problème technique et arrivera avec du retard. Peut-être une panne de régulateur ?!?!

Il se pose finalement. Les cartes d’embarquement sont poinçonnées comme à l’époque dans les bus ou le métro. Nous n’aurons en définitive que 45 minutes de retard. A peine les passagers à bord, je me lève et vais demander à l’hôtesse la possibilité de parler au commandant de bord. Je ne tombe pas sur la plus sympathique, elle ne veut rien entendre. Je n’insiste pas.

Escale très courte. Le pilote s’aligne, pousse les réacteurs, lâche les freins, c’est parti. Je suis content d’être assis derrière et de ne rien voir car ce doit être impressionnant du cockpit.  La piste fait 2’875 mètres. Croyez-moi ce n’est pas long. Les roues quittent le sol à moins de 200 mètres du bout de piste. La machine s’élève très lentement et passe pas très haut au-dessus des premières habitations. Au revoir Sucre, à dans 8 jours.

IMG_9104

Ci-dessous la falaise toute lisse comportant les traces de dinosaures.

IMG_9105

Nous allons survoler la Cordillère durant les 45 minutes de vol.

IMG_9108

Puis le temps se gâte. Cela n’aurait pas été un vol facile si j’avais fait le trajet avec ma machine. Nous traversons une première couche. Nous passons vertical avant de faire un très long virage à gauche pour rejoindre la finale.

IMG_9115

L’aéroport de La Paz El Alto est situé à 13’314 pieds soit 4’058 mètres d’altitude.

Les roues touchent et nous roulons ce qui me parait être une éternité avant de retrouver une vitesse réduite et de rejoindre notre place de parking.

IMG_9124

La ville est impressionnante, tentaculaire, avec de multiples collines recouvertes de milliers de maisons pour la plupart simplement construites en briques de couleur ocre leur donnant un aspect de pas terminé. La pollution est très élevée, les routes défoncées, les voitures pas d’hier. Les gens traversent l’autoroute qui mène à la ville des enfants à la main comme s’ils se promenaient dans un parc public.

Construite en 1745, l’église San Francisco est considérée comme le plus beau bâtiment colonial de La Paz. Son imposante façade baroque arbore des influences de style métis.

IMG_9126

La ville de La Paz se situe dans la région de l’altiplano. Ses fameuses plaines d’altitude situées au cœur de la cordillère sont les plus hautes régions habitées au monde après le plateau du Tibet. Elles s’étendent sur près de 1’500 kilomètres. La majeure partie de l’Altiplano se trouve en Bolivie.

IMG_9128

La capitale est située dans un canyon lui-même entouré des montagnes de la cordillère. Son altitude varie entre 3’300 et 4’082 m. La topographie de la vallée a entrainé une croissance verticale de la ville, avec un ensemble de maisons accrochées aux flancs des versants, de rues qui montent et qui descendent et offrant de nombreux points de vue sur la Cordillère et sur la ville elle-même.

IMG_9127

En 2010 1,18 million d’habitants ont été recensés dans la ville de La Paz, 2,03 millions dans l’agglomération qu’elle forme avec El Alto.