Mardi 27 janvier 2015.

Copiapó – San Pedro de Atacama / 537 km.

Bonjour à tous.

J’ai subi de violentes turbulences aujourd’hui tout en faisant plein de photos et je vais vous avouer quelque chose : j’étais mal avec un envie de … Eh oui c’est la première fois que ça m’arrive. C’était fort désagréable. Du coup je me suis mis à la recherche d’un contenant au cas où. J’ai soulevé mon canot de secours qui se trouve aux pieds de la place passager pour aller chercher derrière et ce faisant j’ai involontairement bougé la prise du tracking fixée dans l’allume cigare. La trace s’est arrêtée à quelques kilomètres de San Pedro.

Le ciel est couvert ce matin  à Copiapó. Je prends 50 litres d’essence et arrive à l’aérodrome à 9 h 30. Mon bébé est toujours là, on ne m’a rien endommagé ni volé. Je remercie le garde et lui glisse quelques billets dans la poche. Décollage en 09 je monte à 11’500 pieds tout en contactant tout de suite la tour de Desierto de Atacama situé à 36 km afin de déposer un plan de vol.

IMG_8652

C’est autorisé lorsqu’on décolle d’un aérodrome non contrôlé. Je longe la Cordillère parsemée de multiples volcans.

IMG_8663

Il n’y a rien, pas la plus petite maison, pas âme qui vive, juste le désert.

IMG_8667

Les paysages sont lunaires, les couleurs irréelles, les formes étonnantes, c’est extraordinairement beau. Petit rappel : en cliquant sur les photos, vous les agrandissez.

IMG_8665

Le vent souffle fort. Je prends de gros thermiques qui me font gagner beaucoup d’altitude. Je fais même un peu de dynamique le long d’une petite chaîne de montagnes.

IMG_8671

Je vais de découverte en découverte.

IMG_8669

C’est à chaque fois différent,

IMG_8680

inattendu,

IMG_8681

unique,

IMG_8673

plus sublime.

IMG_8687

Je prends finalement la direction de l’aérodrome.  A 4 minutes je clôture mon plan de vol avec la tour d’Antofagasta. Je pensais arriver dans un petit aérodrome mais pas à ce point là. C’est vraiment le désert. Il n’y a pas un seul bâtiment, seulement la piste et un emplacement pour stationner sauf qu’aujourd’hui il y a une grande animation sur le parking avec camions et voitures. Je m’approche discrètement. On m’indique où me garer. Je descends de ma machine et c’est l’attroupement. Une société de publicité de Santiago tourne une pub destinée au marché brésilien sur le dernier modèle Ford. Ils sont 50 personnes pour 5 jours de tournage. Le clip va durer 1 minute.

Les questions fusent puis on m’amène très gentiment jusqu’à mon hôtel.