Samedi 10 janvier 2015.

C’est bon de reprendre quelques degrés. J’ai toujours les jeans mais j’espère plus pour très longtemps.

Je ne me souviens plus pourquoi j’ai choisi de faire une étape ici car c’est un tout petit village d’environ 2’000 habitants où il n’y a strictement rien à voir. Les touristes s’y rendent principalement pour faire du kayak ou du rafting sur le Rio Futaleufú.

IMG_8367

IMG_8365

Il fait beau mais le vent souffle fort. Le propriétaire du pittoresque petit hôtel où je séjourne

IMG_8377

m’emmène faire une ballade en voiture pour me faire découvrir la région où il est venu s’installer en 2008 alors qu’il vivait à Santiago.

IMG_8372

Il ne supportait plus le bruit, la pollution, le stress et l’agressivité des gens, des facteurs aujourd’hui caractéristiques de la vie dans une grande ville. Là, c’est un autre univers.

IMG_8368

C’est reposant, charmant et bucolique.

IMG_8375

On respire !

IMG_8371

Je me repose et prépare la suite de mon voyage. Je réalise que je suis bien trop en avance et que je vais devoir annuler ma venue au festival de Villaricca les 7 et 8 février vu que j’y serai déjà dans une semaine. Je pars demain dimanche vers 10 heures pour Castro sur l’île de Chiloé, un tout petit vol de moins d’une heure. La météo annonce encore un vent très fort et beaucoup de nuages.

Bill a rejoint la Nouvelle Zélande le 9 janvier depuis Tahiti en 12 h 42 pour une distance de 2245 nm. Bravo Bill.