Lundi 15 décembre 2014.

Le ciel est très couvert à mon réveil. Je me dis que la journée ne va pas être fantastique. Je prends mon petit déjeuner à 6h30 et à 6h55 je roule déjà sur la RN7.

Je longe des kilomètres de vignoble. La viticulture en Argentine est originaire d’Espagne. La province de Mendoza représente plus de 60 % de la production de vins argentins.

IMG_7709

Le ciel s’éclaircit doucement laissant apparaître quelques rayons bienvenus.

IMG_7714

Après une heure de route je trouve le grand soleil à Uspallata. Content Guilloud. C’est là que je me dis que j’aurais dû venir en avion.

IMG_7755

Les routes sont excellentes. Certaines personnes roulent à 180 dans les longs bouts droits qui s’étalent sur des kilomètres. Incroyable ! Les gens respectent très peu les limitations. Lors de travaux sur l’autoroute avec un panneau 40 km/h, toutes les voitures étaient à 100.

La luminosité est exceptionnelle. L’environnement féerique. C’est une journée de rêve ! IMG_7764

Mendoza est à 750 mètres d’altitude. La route serpente en montant doucement, passant d’une vallée à une autre.

IMG_7753

Les paysages sont époustouflants.

IMG_7748

Après 2h15 j’atteins le Parque Aconcagua. Une petite marche de 20 minutes me permet de l’approcher de plus près. La montagne est majestueuse (image à la une).

IMG_7719

Le « Puente del Inca » est un pont naturel ainsi qu’une vraie curiosité géologique. Il a été formé par l’action des eaux minérales et son nom vient d’une légende. Elle raconte qu’il y a très longtemps, un grand chef inca avait un fils malade pour lequel il avait essayé toutes sortes de remèdes, sans succès. Puis, il entendit parler de ces eaux minérales miraculeuses qui pourraient le soigner. Il prépara donc un groupe de ses meilleurs guerriers afin d’escorter son fils et lui jusqu’au lieu dit. Une fois arrivés, ils se retrouvèrent face au fleuve, qui les séparait de la rive où se trouvaient les eaux curatives. Sans hésiter, les guerriers se regroupèrent tous pour former un pont humain, sur lequel le chef et son fils purent passer. L’enfant bu de l’eau miraculeuse et quand ils se retournèrent pour retraverser le pont humain, les hommes avaient été pétrifiés, formant ainsi un vrai pont.

IMG_7740

Je poursuis ma montée et atteins Las Cuevas, le tout dernier village avant la frontière chilienne.

IMG_7730

De là une route de 8 km non goudronnée monte au Cristo Redentor de los Andes à 3832 m.  Il fut inauguré le 13 mars 1904 pour célébrer la résolution pacifique du conflit frontalier entre les deux pays.

IMG_7733

La vue y est impressionnante.

IMG_7736

Je reprends la route de retour en m’en mettant encore plein les yeux.

IMG_7726

Je suis stupéfait par la variété des formes et des couleurs.

IMG_7725

IMG_7728

IMG_7746

Arrivé à Mendoza je vais remplir mes réservoirs souples avec de la 98 octanes. A l’aéroport je les place sur un chariot bagages et me présente auprès de la sécurité. On appelle le chef qui ne voit pas comment organiser les choses pour amener ces 75 litres vers ma machine. Cela n’a jamais été fait, ce n’est pas prévu, ce n’est pas répertorié dans le manuel !! Le responsable de l’aéroport est appelé à la rescousse.  On me dit que je dois aller me poser sur un petit terrain en herbe à 8 km d’ici et que là-bas je pourrai faire tout ce que je souhaite. J’explique que ce sera un tout petit peu compliqué une fois posé là-bas de revenir ici chercher ma voiture avec l’essence. Ils en conviennent et après un bref conciliabule entre eux, les obstacles ont soudainement disparu. On va m’accompagner pour faire rentrer l’essence par une entrée un peu à l’écart et un véhicule viendra la récupérer et me l’amènera à l’avion. Comme quoi lorsqu’on réfléchit un moment, on trouve toujours une solution.

Demain le temps devrait être au beau et j’espère pouvoir vous faire de belles images avec ma GoPro en route pour Salta. J’ai décidé de laisser tomber San Juan où il n’y a finalement pas grand chose à voir.