Vendredi 21 novembre 2014.

Pas de wifi à mon hôtel ce matin. Je pars à l’aérodrome à 8 heures.

Mes sauveurs (image à la une) ont terminé à 20 heures hier soir et sont déjà au travail. Ils commencent à remonter. Tout est terminé à 14 heures. Nous faisons un premier essai moteur, capot enlevé, qui dure peut-être trop longtemps. Soudain du liquide de refroidissement jaillit du réservoir de trop plein et inonde la verrière. Je coupe immédiatement, on nettoie, ils vérifient tout, rajoutent du liquide puis nouveau test moteur. Nouvelle vérification. Tout est en règle, je reçois le feu vert pour faire un vol d’essai. J’avais l’intention de faire les pleins y compris de mon réservoir supplémentaire installé sur le siège passager mais ils s’y opposent. En cas de problème ce serait trop dangereux. Je mets en route et décolle. Ils m’ont demandé de monter à 1500 pieds et de tourner au-dessus de l’aérodrome. Sécurité d’abord. Les paramètres moteur sont parfaits, je me pose quinze minutes plus tard. Je suis ravi, je vais pouvoir continuer. Yessssssssssssss ! Ils vérifient tout une dernière fois, je fais les pleins, avec de la bonne essence 95 octanes. Il m’en restera ainsi une quantité importante en arrivant à Praia et je pourrai la mélanger avec l’Avgas que l’on va me livrer de Dakar. C’est idéal.

Je paie mes taxes d’atterrissage et de parking : 190 €. Cela fait 8 jours que je suis arrivé et il y a eu les 2 jours à Madrid.

El Berriel est le siège d’une école de pilotage. Durant mon long séjour ici j’ai eu la chance de rencontrer de nombreux élèves qui étaient très enthousiastes vis à vis de mon voyage. Nous faisons une petite photo souvenir avant mon départ demain matin.

IMG_7353

En plus de toute l’aide qu’il m’a apportée, Daniel l’instructeur ULM et autogire est parvenu à faire quelque chose de fantastique. Je tiens ici à le remercier du fond du coeur pour sa gentillesse, son dévouement et sa générosité tout au long de mon séjour. Il a appelé la Guardia Civil puis la Policía nacional afin de demander s’il serait possible de partir d’ici sans passer par un aéroport douanier. Et cela a été accepté. Il n’en revenait pas. Je n’aurai donc pas besoin de remonter à Las Palmas et payer relativement cher juste pour faire les formalités de sortie du pays. Enorme gain de temps !

Nous dînons tous ensemble.

Pour conclure je vous mets en copie le mail de mon ami Marc qui me fait très gentiment des prévisions depuis quelques jours. J’espère qu’il ne m’en voudra pas.

Dans les ressources ARL (Air Ressources Laboratory du NOAA, la bible quoi !), il y a un logiciel que j’utilise depuis pas mal de temps : https://ready.arl.noaa.gov/ready2-bin/metgram2.pl

READY te calcule pour  un point précis du globe l’ensemble des paramètres utilisables en MTO.

Je te donne un exemple ici d’un point situé au milieu de la ligne.

Ce qu’il faut savoir :

Lift Index négatif = tendance orageuse (< -5 je n’y mettrais pas le moindre orteil). Cette zone du globe est toujours négative. Donc -2 ou -3 sont de bonnes valeurs locales (27-28 sont les meilleurs moments)

Average Total Cloud cover, facile. Et tu vois que ce n’est jamais entièrement bouché ! C’est pour ça que tu devrais facilement apercevoir des « vallées » plein sud pour couper la ligne perpendiculairement si les sommet des TCU sont plus haut que toi.

Pour la pluie, tu t’en fous complètement, c’est en dessous de la couche

Tu vois, moi je voyage aussi rien qu’avec des équations (c’est parfois moins cher ;-))))

L’autre logiciel OGIMET te montre un truc qui doit être flippant : A mon avis, la ligne tu la verras au moins deux heures avant de la croiser et au fur et à mesure que tu t’en rapprocheras, tu verras les sommets des TCU descendre de hauteur pour te laisser passer au-dessus, selon les prévisions.

Si ça se passe comme ça, ça doit être absolument magique ! Là, faudra que tu racontes ce que tu verras. Ça doit être unique au monde un truc comme ça.

@+

Marc

image001

 

Pour mémoire cliquez sur les photos pour les agrandir.